Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


samedi 25 avril 2015

UNE ÉTERNITÉ

Ceux qui y croient espèrent - une autre preuve de leur folie - y avoir droit, les autres n'en savent pas plus, c'est-à-dire rien et se contentent d'en parler. Ils la situent dans un passé lointain qui débuterait avant  l'histoire du temps et qui se prolongerait d'une façon indéfinie après sa fin, dans un futur qu'on ne peut pas imaginer.

Comme tous les problèmes insolubles, j'utilise ma méthode infaillible: diviser pour mieux sérier.

On doit comprendre d'abord que l'éternité n'est que relative à un moment donné ou pour une durée précise, ainsi:

-une minute est une éternité pour une seconde, un jour pour une heure , une année pour une semaine,  un siècle pour un an, un milliard d'années pour un siècle, mille milliards de siècles pour une minute etc., etc. ....

On peut remonter éternellement le temps, il sera toujours relatif.

Si l'éternité n'existe pas dans l'absolu et qu'elle n'est que relative, elle perd beaucoup de son sérieux en s'éloignant au fur et à mesure que l'on essaie de l'atteindre.

Conclusion: L'éternité est une chimère, une fiction, une invention qui nous fait perdre notre temps.

_______________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire