Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


vendredi 24 avril 2015

UN REPAS DE GALA : LE DESSERT

J'ai une vision personnelle du Succès, gâteau emblématique de la pâtisserie française, la meilleure du monde. Je prélève des œufs de fourmis  sur une fourmilière hyperactive; je réduis en bouillie (il n'y pas de jaune), je monte en neige très ferme. Je sucre avec de la betterave râpée et je fais cuire à feu doux dans la cendre du feu de cheminée qui avait été maîtrisé sans difficulté avec l'aide des pompiers du canton. Pour la pâte macaronée, j'utilise les amandes des noyaux de prunes mirobolantes après en avoir neutralisé le cyanure que je conserve pour un emploi futur. Je dilue la poudre d'amande avec une farine de coquilles d'huître et de sciure de bois d'érable naturellement sucré  avec la quantité nécessaire de graisse récupérée sur le ragondin qui décidément aura eu une fin bien employée. Je dresse le gâteau en alternant une  couche de macaron, une couche de meringue et une couche de crème au beurre que je fais à la dernière minute car très périssable. Je reste classique et remplace seulement le beurre par du Gervita dont j'ai toujours un pot en réserve. Mon effort terminal fut salué par un silence qui en disait long sur la satisfaction générale.
_____________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire