Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


samedi 28 mars 2015

LE FEU DU DÉSIR OU DE L'ÉTINCELLE À L'EMBRASEMENT

Le désir suit des étapes calibrées. Il y a d'abord l'attirance qui, de vague, se fait légère. Si elle se confirme, elle devient l'envie. Elle peut n'être que passagère, mais elle  s'incruste souvent, devient tenace, grossit, grandit, et s'embellit si bien qu'elle tombe dans le besoin. Normalement, il respecte une hiérarchie: de vif, il passe à urgent, puis impérieux , il ne veut plus attendre, sinon il ne répond de rien.
Si vous voulez expérimenter in vivo cette escalade physiologique qui a sa correspondance psychologique, je vous suggère l'expérience suivante:
-vous ingurgitez un grand verre d'eau. Au bout de 30 minutes, une petite sensation hypogastrique à valeur d'attirance se fait sentir;
-buvez alors deux grands verres d'eau. Au bout de 15 minutes, une tension hypogastrique à valeur d'envie se fait sentir;
-vous prenez alors trois grands verres d'eau. Au bout de 5 minutes, une pression hypogastrique à valeur de besoin se fait sentir avec la nécessité d'une satisfaction immédiate

________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire