Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


jeudi 26 mars 2015

COMMENT GUÉRIR DES MALADIES DE LA NUIT

Vous soufrez d'insomnie, de cauchemars, de rêves sans queue ni tête, vous souhaitez reprendre le contrôle de vos nuits comme vous avez la maîtrise  de vos jours.

Sans ordonnance, sans effets indésirables, sans intermédiaire, sans dépendance, gratuitement, vous le pouvez si vous le voulez avec l'auto hypnose.

Mode d'emploi: au moment où vous avez décidé de tomber dans le sommeil, vous vous allongez ( allongé le cerveau est plus performant), vous vous munissez d'un miroir et vous demandez à votre alter-ego  en agitant un pendule devant vous, de répéter, en même temps que vous, les paroles traditionnelles: «dors, je le veux, fais de beaux rêves et réveille-toi à ton heure ».

Ce n'est pas plus difficile. Il faut seulement, pour que l'ordonnance soit efficace que:

-votre alter-ego mette de la force de conviction dans son ordre.

-vous ayez confiance en lui.


P.S. Le sommeil a, pour fonction principale, le repos. On peut aussi, par l'intermédiaire des rêves dirigés, en faire un instrument de bonification  Pour cela, madame qui voulez devenir plus romantique et plus sentimentale, demandez à votre alter-ego de vous programmer les rêves de la Belle au bois dormant ou ceux de Scarlett. Vous, monsieur, qui manquez d'esprit chevaleresque, essayez d'entrer dans la peau de Robin des bois, dans la version de Michaël Curtiz de 1938.

__________________.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire