Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


vendredi 26 décembre 2014

À MES CHER(E)S DISPARU(E)S

Si, dans la folie de vos agapes ou le recueillement de vos saintes dévotions, vous pouvez distraire une minute, j’aimerais que vous la consacriez à la mémoire de mes chers disparu(e)s.

Vous me direz, agacé(e) que ce ne sont pas les vôtres et que ceux-ci vous occupent assez pour ne pas vous encombrer des miens. Je le concède, mais une peine partagée s’allège et nos fardeaux perdront de leur pesanteur.

Par moment, elle est insupportable tant leur badinerie, leur joyeuseté, leur connivence, leurs remontrances étaient revigorantes. Leur dynamisme, leurs recettes, leur ironie, leur poésie prouvaient une qualité qui honorait et stimulait. Ils ont disparu on ne sait où, laissant tout en plan, en rade. La foule s’interroge, suppute: un coup de folie, un coup de Jarnac, un coup fourré. On s’interroge dans l’angoisse, le regret (on choisira quand on saura).

On ne nommera personne car leur silence nous oblige. On les espère en pleine forme, libres, débarrassé(e)s de toutes les entraves qui les ont forcé(e)s à s’évanouir, joyeux(ses), heureux(ses).


______________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire