Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


dimanche 30 novembre 2014

L'ORIGINE DE L'OBÉSITÉ

L’Horloger aveugle de Richard Dawkins, l’intelligence humanisée, nous apprend tout sur le comment de l’évolution. C’est lui qui nous  avait délivré de l’obscurantisme et des superstitions avec son célèbre Pour en finir avec Dieu.
S’il n’a aucune responsabilité dans ma phylogenèse hasardeuse, je lui dois au moins le prétexte et, en votre nom, je le remercie.
L’homme se considère comme le mammifère supérieur. Au sommet de la pyramide où il s’est placé d’autorité, il traite tout le reste avec orgueil, condescendance et malheureusement pour elles avec un mépris  qui lui donne le droit de les décimer sans remord, sans merci, sans limite.
Il se croit le chef d’œuvre de l’évolution, son aboutissement achevé, le miracle de la nature avec ses proportions exquises, ses qualités intrinsèques et extrinsèques exceptionnelles et un mérite qu’il devrait à un créateur qui aurait fait de lui un sous-lui-même. Il feint d’oublier qu’il conserve des reliquats de son cousinage ancestral avec des bestioles qu’il devrait, à défaut d’aimer, au moins respecter, par esprit de famille.
Le caractère commun est parfois larvé, à peine esquissé. Certains spécimens l’ont marqué, au point de faire d’eux des personnages de légende, des champions qui défrayent les
 pages de l’ÉQUIPE.
Nous avons ainsi ;
-      Le record du monde du saut en hauteur est de 2mètres 45 cm. Cette aptitude à s’envoyer en l’air à la verticale ne peut venir que d’une lointaine époque où l’homme, à l’état d’ébauche était au stade marsupial. Son représentant actuel est le kangourou capable de sauter, sans entrainement 3mètres 50 en hauteur et 13 mètres en longueur.-
-       
-      Les coureurs les plus rapides courent le 100 à 36 km/h, c’est la vitesse du chat ou du chien, mais très loin de celle dont est capable le guépard qui peut atteindre 112 km/h, sans se prendre pour un champion. L’homme a donc gardé d’un lointain parent un talent de coureur, amoindri par rapport à beaucoup d’autres mammifères, À sa décharge, remarquons que son orthostatisme, en plus d’une partie de son intelligence lui a fait perdre 2 pattes.
-       
-      - De son ancêtre aquatique, voisin peut-être du marsouin ou du dauphin, l’homme a conservé un goût pour l’eau et la natation. Mais le sprinteur le plus rapide fait du surplace si on le compare à un dauphin qui, lui, fend la vague à 60 km/h.
-       
-      - Il se passe de nos jours, un phénomène curieux jamais constaté avec les autres caractères hérités, souvent masqués car peu pertinents avec la vie de l’hominidé qui devenait humain par la force d’une logique mystérieuse. L’obésité galopante (le tiers de la population) fait que l’homme ressemble de plus en plus à l’hippopotame dont il a dû fréquenter, de façon biblique, un ascendant avant la préhistoire. Le gène qui commande l’accumulation de la graisse chez cet aimable quadrupède joufflu et fessu de partout et que nous hébergions d’une façon latente, a, pour une raison encore inconnue,  décidé de  cesser de se cacher.
_____________
-       


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire