Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


jeudi 22 mai 2014

L’HOMME , CE SUPER-ANIMAL

Il est tout à fait normal que l’homme revendique la première place dans la hiérarchie animale. Il est le résultat parfait du croisement entre le macaque hurleur et le perroquet parleur, .Il partage des traits de caractère avec la teigne urticaire et la mouche du coche. Il a des points communs avec le rat d’égout et le serpent puant. Beaucoup de l’espèce ont la cervelle du serin, le discernement du lemming, la mémoire du poisson rouge, l’obstination du papier collant, la paresse du crabe-dormeur, la vanité du lama, l’amabilité du requin tigre etc. et ils se reproduisent comme les lapins d’avant la myxomatose.

Grace à un cerveau plus gros qu’un œuf d’autruche, il est habité de grandes connaissances. Il maîtrise les mathématiques dont l’algèbre, l’arithmétique et la géométrie. Les plus doués sont experts en trigonométrie et les surdoués le sont en mécanique quantique. Il parle, écrit, lit, chante, vote. L’élite se targue de valeurs transcendantales rares, précieuses telles que la sagesse, la vertu, la vérité, l’éducation, le bonheur. Prudente, elle se garde de les mettre en pratique pour régler sa vie et l’ordre du monde dans la crainte de les épuiser.

Fort de toutes les qualités admirables dont il s’enorgueilli, l’homme détruit ce qu’il touche, , agit par réflexe, prend des décisions irrévocables qu’il oublie dans la seconde., Il se croit cependant plus malin qu’un chat, plus utile qu’un raton-laveur, plus intelligent qu’un écureuil, plus beau qu’un papillon, plus important qu’une baleine à bosse.

Armés de leur bêtise, de leur prétention, de leur délire, certains se proclament les fils d’un dieu qu’ils ont inventé.  Ils se veulent un futur paradisiaque éternel pour réparer ce qu’ils ont détruit, aimer ceux qu’ils ont méprisé, parler à ceux qu’ils ont ignoré, faire enfin tout ce qu’ils n’ont pas fait quand ils le pouvaient. Eux qui ont fait de la terre un enfer d’intolérance, de péchés, d’inquisition, d’excommunication se disent mériter le paradis en juste récompense.

En fait, si l’homme croit être ce qu’il n’est pas, s’attribue une valeur qu’il n’a pas, se rêve un avenir féerique, c’est simplement qu’il est fou.


______________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire