Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


mardi 6 mai 2014

ILS ONT OSÉ

Résumé des chapitres précédents :

Le 28 janvier dernier, j’annonçai qu’un groupe de scientifiques, dégoûtés de la médiocrité politicienne de l’énarchie qui a kidnappé le pouvoir en France depuis des décennies , avait accepté ma proposition de régénérer Henri IV qui, aidé de Sully avait, à un moment où la France se débattait dans les guerres civile, religieuse, sociale et était acculée à la ruine, à la faillite, redressé le pays et rétabli l’ordre et la concorde.

Le 24 mars, j’annonçais que la croissance accélérée d’Henri IV et de Sully suivait son cours. Tout se passait dans les meilleures conditions.

J’ai appris la terrible nouvelle ce matin. Le miracle n’aura pas lieu. ILS ont encore assassiné Henri IV. IlS ne voulaient pas qu’un homme providentiel sauve la France une nouvelle fois. IlS ne voulaient pas être chassés de leurs palais, de leurs ministères. IlS ne voulaient pas abandonner leurs privilèges, leurs prébendes, leurs passe-droits. IlS ne voulaient pas que les finances soient assainies, que la dette soit remboursée. IlS ne voulaient pas que la paix sociale et la justice soient restaurées. IlS ne voulaient pas que le pays soit respecté.

Voici comment IlS ont perpétré leur crime. La délivrance d’Henri IV et de Sully devait symboliquement avoir lieu le 8 mai, anniversaire de la Victoire. Le 6 mai, c’est-à-dire ce matin, à 5 heures, un commando de 2 hommes et de 2 femmes a pénétré, après avoir neutralisé les 3 gardiens, dans le laboratoire de génétique appliquée où les corps d’Henri VI et de Sully achevaient leur maturation. Ils ont maîtrisé , par la force, l’équipe médicale qui surveillait les paramètres biologiques et physiologiques des deux héros du passé. Ils ont coupé le courant qui alimentait la machinerie et, dans la minute, ils cessèrent de vivre, tués dans leur cocon placentaire artificiel. L’horrible quatuor quitta aussitôt les lieux et disparut dans la nuit.

Le forfait n’est pas signé, mais tout le monde connaît les auteurs du double crime.

« Honte à l’énarchie. Elle veut conserver le pouvoir qu’elle asservit depuis plus de 60 ans. Elle l’a conquis par le copinage, le mensonge, la ruse. Elle veut continuer son travail délétère dans tous les rouages de l’État, à tous les étages du gouvernement.

Qu’ils ne triomphent pas. Notre vengeance sera terrible : ils ne voulaient pas d’Henri IV le sage, le débonnaire, l’arbitre, nous allons en réveiller d’autres, des terribles et, demain, ils auront Louis XIV à la tête de l’État, Richelieu sera son premier ministre. Il mettra Bonaparte aux armées, Talleyrand au Quai d’Orsay, Sully réinventera les finances, Clemenceau, le Tigre, reviendra à l’intérieur et sera à nouveau le premier flic de France. Cette équipe nettoiera les écuries d’Augias de l’énarchie dévoyée . »

Voici le communiqué qui vient de tomber des téléscripteurs.

________


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire