Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


samedi 24 mai 2014

ATTENTION ATTENTION

«Pourriez me prêter votre attention  ?»

«Volontiers ; »

«Je vous la rendrai dès que je n’en aurai plus besoin .»

« Je vous en prie.»

«J’ai, en effet, un travail très minutieux à faire et qui requiert une grande attention? je crains que la mienne soit insuffisante  En la doublant avec la vôtre, cela me sera facile. »


_________

vendredi 23 mai 2014

ATTENTION

Le gouvernement vient de prendre une décision qui fait du bruit. Il a décidé de réquisitionner l’attention. C’était devenu, pour lui, la seule façon pour que les lois soient exécutées, que les édits deviennent effectifs et les règlements appliquées. Il pense qu’une fois l’attention sous son contrôle, elle deviendra insensible à la distraction, particularité du caractère français et qui le rend incapable d’une action suivie et empêche toute réforme d’aboutir, l’attention étant détournée au dernier moment par une futilité qui fait oublier l’essentiel.
__________

jeudi 22 mai 2014

L’HOMME , CE SUPER-ANIMAL

Il est tout à fait normal que l’homme revendique la première place dans la hiérarchie animale. Il est le résultat parfait du croisement entre le macaque hurleur et le perroquet parleur, .Il partage des traits de caractère avec la teigne urticaire et la mouche du coche. Il a des points communs avec le rat d’égout et le serpent puant. Beaucoup de l’espèce ont la cervelle du serin, le discernement du lemming, la mémoire du poisson rouge, l’obstination du papier collant, la paresse du crabe-dormeur, la vanité du lama, l’amabilité du requin tigre etc. et ils se reproduisent comme les lapins d’avant la myxomatose.

Grace à un cerveau plus gros qu’un œuf d’autruche, il est habité de grandes connaissances. Il maîtrise les mathématiques dont l’algèbre, l’arithmétique et la géométrie. Les plus doués sont experts en trigonométrie et les surdoués le sont en mécanique quantique. Il parle, écrit, lit, chante, vote. L’élite se targue de valeurs transcendantales rares, précieuses telles que la sagesse, la vertu, la vérité, l’éducation, le bonheur. Prudente, elle se garde de les mettre en pratique pour régler sa vie et l’ordre du monde dans la crainte de les épuiser.

Fort de toutes les qualités admirables dont il s’enorgueilli, l’homme détruit ce qu’il touche, , agit par réflexe, prend des décisions irrévocables qu’il oublie dans la seconde., Il se croit cependant plus malin qu’un chat, plus utile qu’un raton-laveur, plus intelligent qu’un écureuil, plus beau qu’un papillon, plus important qu’une baleine à bosse.

Armés de leur bêtise, de leur prétention, de leur délire, certains se proclament les fils d’un dieu qu’ils ont inventé.  Ils se veulent un futur paradisiaque éternel pour réparer ce qu’ils ont détruit, aimer ceux qu’ils ont méprisé, parler à ceux qu’ils ont ignoré, faire enfin tout ce qu’ils n’ont pas fait quand ils le pouvaient. Eux qui ont fait de la terre un enfer d’intolérance, de péchés, d’inquisition, d’excommunication se disent mériter le paradis en juste récompense.

En fait, si l’homme croit être ce qu’il n’est pas, s’attribue une valeur qu’il n’a pas, se rêve un avenir féerique, c’est simplement qu’il est fou.


______________

jeudi 15 mai 2014

LE CONSEIL DU JOUR

Pour acquérir la volonté qui vous a manqué pour accomplir les grandes choses que vous auriez tant aimées faire, apprenez à obéir aux ordres que vous vous donnez.
Commencez petit :
- Restez sans respirer pendant 30 secondes , augmentez chaque jour de 30 secondes, à 2 minutes, passez à autre chose.
- Ne regardez pas la télévision pendant un jour, puis 2,3,4,5,6,7 ;Vous constaterez qu’elle ne vous manque plus et que votre tête est disponible pour d’autres activités. Lisez une page de la Brièveté de la vie de Sénèque, puis 2,3,4,5 etc…, passez à Marc-Aurèle et à ses pensées, à Epictète, essayez Diderot, Montaigne et plongez dans tous les grands auteurs qui vous faisaient peur.
- Votre cerveau saura faire la différence entre écouter et entendre, regarder et voir
Ce programme vous occupera 1 mois ou 2. Vous serez prêt (e) pour mettre à l’épreuve votre volonté naissante.
Le premier test pourrait être de vous faire perdre les 20 kilos de trop que vous trimballez depuis si longtemps et qui pèsent de plus en plus lourds. Faîtes ce petit calcul : les 20 kilos de matières grasses qui flottent autour de votre ceinture abdominale et qui vous donne une silhouette si appétissante représentent  180000 calories (1 gramme de graisse=9 calories). Avec votre activité physique très modérée, 2000 calories par jour suffiraient à vous maintenir en bonne santé . Réfléchisez : avec vos réserves de graisse, vous pourriez vivre sans manger pendant 180000/2000 soit 90 jours.
Mais vous n’êtes pas un fakir et je ne suis pas sadique. Un régime à 1000 calories par jour est suffisant pour obtenir le résultat souhaité avec un très bon confort Vous voulez savoir quel genre de régime permet ce résultat. En voici un :
-Petit déjeuner : 3 cuillerée à soupe de corn-flakes bio, sans sucre. Vous mouillez avec du lait C’est fade, pas très bon, mais vous amène au repas de midi. Il est plus consistant : entrée selon l’habitude avec asperges, carottes, tomates etc…plat de résitance classique avec patates ou riz ou nouilles, un fruit. Le soir : un œuf dur ou mollet ou sur le plat, une pomme de terre cuite à l’eau, une grande assiette de salade avec une vinaigrette : huile de pépin de raisin, une cuillerée de miso pour assaisonner, échalotes, persil, un fruit : pomme, orange, 5 noisettes ou noix. Eau à volonté  en cas de fringale. La sensation de faim peut être vive la première semaine. Elle est vaincue par la VOLONTÉ et des occupations qui focalisent l’attention sur des sujets plus nobles que l’estomac, d’où l’importance d’avoir une activité intéressante.
En 180 jours, vous aurez utilisé votre stock de 20 kilos et retrouvé une silhouette présentable de profil. Six mois passent vite .Vous aurez appris à discipliner votre appétit . Ce ne sera plus lui qui dictera  sa loi, mais votre volonté.
Si vous n’avez pas besoin d’exercer votre volonté avec votre assiette, vous pouvez l’éprouver de beaucoup d’autres manières : apprendre une langue, à chanter, à écrire, à courir. La course est un très bon exemple, elle permet d’aller vite et loin. Vous commencerez par 1 kilomètre, puis 2, 3, 4, 5. Sans vous en apercevoir, vous serez bientôt prêt pour un demi-marathon, puis un marathon, le tour du Mont Blanc, la montée du Kilimandjaro, un trek au Népal, la traversée du Sahara sous protection militaire avant la montée de l’Everest.
Et tout çà, après avoir retenu votre souffle pendant 30 secondes, une année plus tôt !
___________


UNE PENSÉE DE TITINE

Ce qu’il y a de terrible avec la bêtise, c’est qu’elle se croît intelligente.

mercredi 14 mai 2014

CHERCHEURS

Il y a le chercheur d’or qui bâte le sable de la rivière, le chercheur du trésor de Jacques de Molay qui fouille dans les archives de l’Ordre des Templiers, sonde les murailles de leurs châteaux, creuse le sol des souterrains de leurs bastions, il y a le cherche-fortune qui s’exile dans un  pays de cocagne où il suffit de vouloir pour avoir, le chercheur du CNRS qui se creuse la cervelle pour y découvrir le concept, le principe, l’idée, la solution.   
    
Il y a ceux qui cherchent une terre d’asile, un toit, un repas, une pièce.

Il y a ceux qui cherchent la connaissance, la sagesse, la paix, la tranquillité, l’extase, le paradis dans un couvent, un monastère, un ashram, une thébaïde. Ils pourraient avoir tout ça, tout de suite, en mourant maintenant, proprement, gentiment, et, en prime,  le repos éternel.


 ____________

jeudi 8 mai 2014

IL Y A VOLONTÉ ET VOLONTÉ

La volonté est une qualité qui impressionne. Elle tombe en division inférieure quand elle s’affuble d’adjectifs qui lui font perdre de sa superbe.

Précédée de bonne, elle porte à la commisération plus qu’au respect. « Il est plein de bonne volonté » est l’expression habituelle apitoyée qui la disqualifie. Il ne remplit pas l’office, mais témoigne d’un souhait sincère à faire  au mieux, sans y parvenir. On lui est reconnaissant de l’effort et on regrette qu’il ne sache faire plus.

La mauvaise volonté accompagne le paresseux, le velléitaire, l’égoïste dans ses entreprises et explique qu'elles n’aboutissent jamais ou qu’à moitié. Il les entreprend avec un manque d’enthousiasme qui ajoute un degré de moins à sa chance de réussir. Celui qui est atteint de mauvaise volonté ne veut pas perdre son temps, se fatiguer et n’a que faire de votre reconnaissance si vous espériez son aide.

Au final, la bonne et la mauvaise volonté ont un point commun : l’inefficacité ,cependant la première est sympathique tandis que la seconde suscite le ressentiment, presque de l’antipathie.

_________


UN REMÈDE RADICAL

Pour certains, une belle cuisine est nécessaire pour faire de la bonne cuisine, une belle maison ne peut abriter que que des gens respectables, un beau président qui, en plus, a une belle femme ne peut faire qu’une grande politique. Pour ces gens-là, monsieur, l’apparence fait l’affaire, la forme le fond, l’habit le moine. Leur tord, qui peut aller jusqu’à l’erreur, est d’en croire leurs yeux . Pour qu’ils recouvrent leur lucidité, je prescris des verres opaques. Ils arrêtent de voir. C’est radical.

___________

LES IDÉES SELON TITINE

Les bonnes idées sont lumineuses, éclairent, indiquent la voie, montrent le chemin, donnent la solution.
Les mauvaises idées sont fausses, trompent, fourvoient.
Et ils y a les fameuses fausses bonnes idées qui éblouissent, aveuglent. Elles font voter pour Sarkozy, pour Hollande, construire le Concorde et les abattoirs de La Villette, investir dans les avions renifleurs, croire les sectaires idolâtres ou idéologues.


 __________

mercredi 7 mai 2014

L’INTERVEW DU JOUR

_________
 «Merci de nous recevoir et rompre votre silence. Ma première question sera : pourquoi ce silence ?».

«L’habitude».

« Pourquoi cette habitude».

«La discrétion».

«Vous pensez que vous ennuieriez les gens en leur demandant comment ils vont ?».

«Oui».

«Çà ne vous intéresse pas de savoir s’ils vont bien ou mal ? Vous le supputez ?».

«Je le sais indirectement».

«Ça vous suffit».

«Oui ».

«Vous n’aimez pas que l’on vous demande comment vous allez».

«Si».

«Vous aimez que l’on vous fasse ce que vous ne faîtes pas pour les autres ? ».

«Ils sont libres de faire ce qu’ils veulent».

« Mais le faisant, ils sont indiscrets, vous ne devriez pas aimer ça , c’est contraire à vos principes ?».

«C’est pas grave, je survivrai».

«Autre chose, vous ne posez pas de questions, vous  n’êtes pas curieux ?».

«Çà évite aux gens de me répondre».

«Vous ne critiquez rien, ni personne, vous n’avez pas d’opinion sur rien, ni personne ?».

«Ce que je pense n’intéresse que moi».

«Mais la critique est constructive, positive, elle permet de trouver la meilleure solution, de donner un autre avis».

«Mon avis me suffit».

«Vous ne seriez pas trop orgueilleux pour vous intéresser aux autres et trop poli ou indifférent pour les critiquer».

«Si vous le dites».

«Vous n’avez rien à ajouter ?»

«Si».

«Je vous écoute».

«Fermez la porte en sortant».

___________


LE PORTRAIT DU JOUR

«Vous êtes toujours pressé d’arriver, de partir, de commencer, d’en finir. Est-ce par besoin, par habitude, par principe ?»

«Non, par nature, c’est pressé que je suis le meilleur !»


_________

mardi 6 mai 2014

ILS ONT OSÉ

Résumé des chapitres précédents :

Le 28 janvier dernier, j’annonçai qu’un groupe de scientifiques, dégoûtés de la médiocrité politicienne de l’énarchie qui a kidnappé le pouvoir en France depuis des décennies , avait accepté ma proposition de régénérer Henri IV qui, aidé de Sully avait, à un moment où la France se débattait dans les guerres civile, religieuse, sociale et était acculée à la ruine, à la faillite, redressé le pays et rétabli l’ordre et la concorde.

Le 24 mars, j’annonçais que la croissance accélérée d’Henri IV et de Sully suivait son cours. Tout se passait dans les meilleures conditions.

J’ai appris la terrible nouvelle ce matin. Le miracle n’aura pas lieu. ILS ont encore assassiné Henri IV. IlS ne voulaient pas qu’un homme providentiel sauve la France une nouvelle fois. IlS ne voulaient pas être chassés de leurs palais, de leurs ministères. IlS ne voulaient pas abandonner leurs privilèges, leurs prébendes, leurs passe-droits. IlS ne voulaient pas que les finances soient assainies, que la dette soit remboursée. IlS ne voulaient pas que la paix sociale et la justice soient restaurées. IlS ne voulaient pas que le pays soit respecté.

Voici comment IlS ont perpétré leur crime. La délivrance d’Henri IV et de Sully devait symboliquement avoir lieu le 8 mai, anniversaire de la Victoire. Le 6 mai, c’est-à-dire ce matin, à 5 heures, un commando de 2 hommes et de 2 femmes a pénétré, après avoir neutralisé les 3 gardiens, dans le laboratoire de génétique appliquée où les corps d’Henri VI et de Sully achevaient leur maturation. Ils ont maîtrisé , par la force, l’équipe médicale qui surveillait les paramètres biologiques et physiologiques des deux héros du passé. Ils ont coupé le courant qui alimentait la machinerie et, dans la minute, ils cessèrent de vivre, tués dans leur cocon placentaire artificiel. L’horrible quatuor quitta aussitôt les lieux et disparut dans la nuit.

Le forfait n’est pas signé, mais tout le monde connaît les auteurs du double crime.

« Honte à l’énarchie. Elle veut conserver le pouvoir qu’elle asservit depuis plus de 60 ans. Elle l’a conquis par le copinage, le mensonge, la ruse. Elle veut continuer son travail délétère dans tous les rouages de l’État, à tous les étages du gouvernement.

Qu’ils ne triomphent pas. Notre vengeance sera terrible : ils ne voulaient pas d’Henri IV le sage, le débonnaire, l’arbitre, nous allons en réveiller d’autres, des terribles et, demain, ils auront Louis XIV à la tête de l’État, Richelieu sera son premier ministre. Il mettra Bonaparte aux armées, Talleyrand au Quai d’Orsay, Sully réinventera les finances, Clemenceau, le Tigre, reviendra à l’intérieur et sera à nouveau le premier flic de France. Cette équipe nettoiera les écuries d’Augias de l’énarchie dévoyée . »

Voici le communiqué qui vient de tomber des téléscripteurs.

________


dimanche 4 mai 2014

ET SI C’ÉTAIT VRAI !

Le 39ième congrès de la société internationale d’hydrologie débute la semaine prochaine au Japon. Il est consacré aux effets médicaux du gaz carbonique. Voici la communication qui aurait pu être entendue si je n’avais pas été occupé ailleurs.

Mesdames, Messieurs,
Je remercie la présidente du 39ème congrès de International Society of Medical Hydrology Dr. Shigeko Inokuma de me permettre d’intervenir ex abrupto.

 Nous savons que le CO2 thérapeutique dont vous célébrez les bienfaits est aussi ce gaz maléfique, à effet de serre qui provoque le désordre climatique d’aujourd’hui et les désastres climatologiques de demain.

Le CO2 n’est pas seulement la vertu et le vice conjugués. Il a un autre mérite dont personne jusqu’ici ne lui en a fait le crédit. Je lève aujourd’hui, pour vous, cette injustice. Le gaz carbonique est aussi responsable d’une avancée majeure de l’humanité et dont notre génération profite : un recul de l’âge où l’on meurt, une augmentation de l’espérance de vie. Les centenaires qui, dans mon pays étaient 100 en 1900, 1.000 en 1970, sont aujourd’hui 20.000.

À ces chiffres, superposons ceux de la concentration du CO2 de l’air que nous respirons. En 1900, elle était de 290 ppm, en 1970, de 300. En 2014, elle est de 400 ppm. L’accélération de la progression de la longévité est donc parallèle à celle de l’augmentation du CO2.

Il y a une corrélation indubitable et la causalité ne peut être ignorée plus longtemps. Il suffit d’écouter ce que les chiffres clament.

Ceux qui ne connaissent pas la puissance d’action du CO2 parleront de coïncidence. Je le crois capable, moi, de magnifier le fonctionnement global du corps humain et d’agir sur son horloge génétique. Les faits le montrent. Vous le démontrerez.

Le pouvoir du CO2 sur la durée de la vie dépend de sa concentration. Je ne sais pas encore quel est le taux optimum de ppm, celui qui ralentit le plus le processus de vieillissement. Vous le déterminez.
Cette action bienfaisante peut avoir des actions négatives. Ce qui est vrai pour l’oxygène devrait l’être pour le CO2. Est-il responsable de l’augmentation des maladies dégénératives, de l’Alzheimer, du nombre des cancers ? Tout le monde est-il égal devant lui ? Vous nous le direz.

Si, comme on peut le supposer, il y a un degré de concentration où ses effets deviennent négatifs, est-ce 450 ? 500 ? 600 ppm ? Il faudra que les chercheurs le trouvent. Sinon, au désastre lié au réchauffement s’ajoutera celui d’une inversion de son rôle favorable et la longévité cessera de croître, régressera peut-être. Il faut vite trouver ce seuil afin d’opposer cet argument à ceux qui accélèrent, de façon mortifère, la production industrielle de CO2. Voici mesdames, messieurs le message qu’il me fallait, en urgence, vous demander d’entendre.

Arigato.