Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


mercredi 26 mars 2014

TOUT EST BIEN QUI FINIT BIEN

Le carambolage n’a pas eu les conséquences catastrophiques qu’on aurait pu redouter tant la rapidité des secours a été remarquable.

Les occupants de l’automobile percutée de plein fouet par l’ambulance des pompiers qui, se rendant sur un autre accident, avait coupé la route à une voiture du médecin du Samu qui allait au chevet d’un EMI. Les pompiers se dépêchèrent de désincarcérer les malheureux automobilistes qui reçurent aussitôt les premiers soins de l’urgentiste à peine commotionné. Il réquisitionna l’ambulance des pompiers pour qu’ils fussent conduits à l’hôpital de proximité où leur sauvetage put être parachevé par des transfusions massives et des amputations couronnées de succès. Il n’a pas été nécessaire d’avoir recours au renfort d’une équipe de soutien psychologique.

Cet exemple montre qu’une collaboration efficace entre les pompiers et le Samu est possible, dès lors que l’on s’en donne les moyens.

_______

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire