Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


lundi 24 février 2014

UN INDICE À SUIVRE

Une enquête vient de démontrer que l’augmentation des ordures ménagères était la conséquence directe de l’explosion des violences conjugales.

Si l’on veut maîtriser puis réduire ce surplus de déchets, il faut prendre des mesures radicales et traiter le problème à sa source.

Le gouvernement s’en est saisi et à son habitude il a pris, comme il sait le faire, avec célérité et efficacité les décisions qui s’imposaient.

Première mesure : Une séparation drastique des couples irresponsables.

Pourquoi : la parité enfin obtenue a eu comme résultat de lever l’inhibition de la femme battue au foyer. Elle s’est révélée, dans la plupart des cas, une redoutable combattante. Libérée de ses préjugés, entraves, soumission, elle n’épargne ni la vaisselle ni le mobilier. Ce sont autant d’armes prêtes à l’emploi dont elle connaît parfaitement le maniement, résultat d’un entraînement quotidien. Certaines vont même jusqu’à défénestrer des doubles fenêtres pour en coiffer mari, concubin, concubine, les immobiliser et sévir tout à loisir.

Deuxième mesure : Remplacement, chez les couples à risque, de tout ce qui est cassable par du matériel incassable. Assiettes, verres, couverts seront désormais en plastique alimentaire et aptes à rebondir sous le choc. Ce seul transfert devrait réduire considérablement le travail des éboueurs les lendemains des jours fériés, périodes particulièrement propices aux débordements conjugaux.

Troisième mesure : Pour les récidivistes et à la troisième sommation, pose obligatoire d’un bracelet électronique, détecteur de cris (> 40 DB),  d’accélération du pouls, d’agitation des extrémités. Quand ces trois critères de crise sont réunis durant plus de 30 secondes, injection automatique d’un puissant tranquillisant, obligeant le ou la violente à aller se coucher.

Une ministresse écologique d’un courant radical avait fait une proposition qui n’a pas été retenue. Elle avait préconisé que les couples ayant fait la preuve de leur penchant destructeur soient convertis autoritairement à une religion prônant la soumission de la femme et autorisant les voies de fait du seul conjoint masculin,. une enquête récente ayant montré un taux important d’acceptation de cet archaïsme hérité d’une tradition propre aux religions monothéistes.

On attend des résultats significatifs et rapides de ces mesures courageuses. Elles éviteront de doubler les zones de stockage des ordures ménagères et de construire de nouvelles usines d’incinération des sous-produits non recyclables des violences conjugales. 

_________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire