Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


vendredi 31 janvier 2014

C’EST LUI QU’IL NOUS FAUT


Les motifs de la désolation sont légion. Nous ne pourrons pas être exhaustif malgré notre immense bonne volonté. Je me bornerai aux principaux :

-      le déficit pharaonique du commerce extérieur ;

-      la médiocrité du cinéma, de la chanson, du théâtre, de la peinture, de la sculpture, de l’enseignement et de l’éducation ;

-      la médiocrité de la classe politique responsable de la médiocrité de la politique économique, sociale, financière, sécuritaire, judiciaire, étrangère.

Pour que cessent le lamento général, le Burn Out systématique et la dépression galopante, je propose une thérapeutique révolutionnaire. Malgré son conservatisme borné, son caractère arriéré et son refus absolu d’évoluer dans le sens du futur, l’avance des sciences et des techniques lui permet de bénéficier (à la France) - de gré ce serait le mieux ou de force si le coma s’avère dépassé - de ma préconisation.

Elle est simple et découle du constat que chacun peut faire. La France est victime d’une panne générationnelle. Elle ne dispose plus des hommes et des femmes qui, dans le passé, en ont fait un phare de l’humanité. Le mal est général et atteint l’ensemble de la population active. Nous n’avons que des politiciens, des artistes intermittents ou de complément, des écrivains de gare routière, des peintres du dimanche, des chanteurs sans voix, etc.

Je demande un sursaut national, la reconnaissance du problème et le lancement d’un grand emprunt d’État. Il faut aller chercher les talents dont le pays a besoin chez ceux qui en ont eus. Il faut ressusciter les hommes et les femmes dont le génie a fait la grandeur de la France.

Étant donnée l’urgence du moment, la catastrophe naturelle qui règle le sommet de l’État, je demande que l’on ressuscite l’homme qui a su rétablir l’unité du pays, lui redonner confiance, courage, remettre les paysans au travail, rembourser la dette colossale, rétablir la sécurité dans les villes et les campagnes, réorganiser l’industrie et donna à la France son âge d’or.

C’est Henri IV qu’il nous faut comme président de la République car nous pouvons défaire ce que Ravaillac a fait.

Que Madame Touraine débloque les crédits et passe commande à notre institut de la génétique. Il est capable, à partir de prélèvements sur la tête – très bien conservée – d’Henri IV, de revitaliser quelques cellules souches et de mettre en culture un clone du Vert-galant qui aura toutes les qualités dont nous manquons.

Tous les Français se rallieront, comme ils le firent à partir de 1593 à son panache blanc.

P.S.1.- Source : « Histoire de la France » André Maurois, Club du livre sélectionné, T.1, chapitre VII « Comment Henri IV refit l’unité de la France ».

P.S.2.- Sully, le fidèle surintendant des finances d’Henri IV a été l’artisan du redressement. C’est lui qui remit en état les finances, remboursa la dette abaissa des impôts, supprima des péages, favorisa le transport, l’exportation, améliora les voies de communication, développa l’agriculture, favorisa l’industrie et améliora la défense du pays.

On peut dire qu’il fut le héros de l’ombre dans l’épopée du Navarrais. Le nouvel Henri IV aura donc encore besoin d’un Sully à ses côtés. La même opération de reconstruction doit être menée en allant rechercher dans son sépulcre de Nogent-le-Rotrou les cellules adéquates. 
______________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire