Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


mardi 31 décembre 2013

Il était tellement bavard qu’il commençait à parler sans savoir ce qu’il allait dire.
__________________
Ce que je pense de vous équilibre l’idée que vous avez de moi.
__________________

LE CONSEIL DU JOUR

Pour une fois, suivez mon conseil. Dépêchez-vous de découvrir Lawrence Sanders, un auteur de polars disparu mais avec des héros politiquement incorrects, une humeur canine, un humour cynique.. Il fait des auteurs à la mode comme Connellly, Mankell, Vargas, Léon et autre Chattam, des besogneux, des tireurs à la ligne, des remplisseurs de vide. Son Privé de Wall Street (Albin Michel) est particulièrement efficace, hilarant, dégoûtant. Tout y est décapant et épatant. Il a fait aussi dans la politique-fiction et son « Sorcier de la Maison Blanche » (Presses de la Cité), un avatar de Raspoutine, est une satire formidable, crédible, plausible et tenue avec justesse, finesse, méchanceté. Sa qualité ne tient pas seulement à l’imagination, au style mais à la solidité de la recherche, de l’analyse qui soutient son travail romanesque.
__________________

L’ENVOLÉE DU JOUR

L’air se promène dans le vent
Au-dessus de la terre qui remplit le sol
Où pousse le bois qui brûle dans la cheminée
Avant d’être éteint par l’eau qui coule
Au fond du puits.
__________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire