Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


vendredi 31 mai 2013

LE TABLEAU LE PLUS EXTRAORDINAIRE QUE J’AIE JAMAIS LU

Il est l’œuvre de Cébès, un philosophe grec de Thèbes qui vivait au Vè siècle avant J.C. Il nous décrit le tableau qu’il aurait vu dans un temple dédié à Saturne. La description qu’il en fait reprend le discours que tient un noble vieillard qui avait connu le donateur, à des visiteurs. Minutieux, il analyse les lieux, les personnages, leur allure. C’est, en réalité, une peinture qui appartient au musée imaginaire. Rien n’a été oublié dans cette allégorie de la vie. Toutes les tentations, les périls, les obstacles sont rencontrés. La façon d’y échapper est expliquée. Ce tableau est une boussole qui trace la bonne étoile. Vous le trouverez en librairie après les pensées de Marc-Aurèle et le manuel d’Épictète sous le titre « Le tableau de Cébès ». Le mien est dans un classique Garnier.
Pour l’apprécier il suffit de suivre le guide. Il vous mène à la Félicité après vous avoir fait traverser la Vie et y avoir affronté l’Imposture, l’Erreur, l’Ignorance, les Opinions, les Convoitises, les Voluptés, la Fortune aveugle, folle et sourde, l’Incontinence, la Débauche, l’Avidité, la Flatterie, la Punition, le Chagrin, la Douleur, les Lamentations, le Désespoir, l’Infortune, le Repentir. Il vient au Secours, l’arrache à ses Misères avec la Volonté, la Croyance qui conduit au Vrai Savoir. Le cheminest difficile et aboutit à la Patience, aux Vertus, à la Science, à la Justice, la Tempérance, la Modestie, la Liberté, la Douceur. Le terme est la Félicité qui couronne celui qui a remporté tous les combats.
Le tableau de Cébès est une image, une leçon, une prière. Sa dialectique en fait un chef d’œuvre de beauté, de force et d’intelligence. Mais Cébès n’était qu’un philosophe. Il n’a pas créé de religion. Il ne s’est encombré d’aucun dieu. Il donne les clefs du bonheur à ceux qui sont vertueux et respectent des valeurs comme la liberté, la justice, la douceur. Il n’est le prophète d’aucun paradis. Très terre-à-terre il se contente de montrer l’enfer qu’est la terre. On comprend que son tableau n’ait eu aucun succès, aucune influence car le monde fou qu’il décrit est celui dans lequel on vit.
_______

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire