Après le « journal politiquement incorrect » et 4 ans de silence, de méditation transcendantale, d’un voyage intérieur, il est temps de repartir du bon pied, retourner le sablier et tirer un trait sur 4 ans de silence…

Ce blog aura des recettes de survie, des critiques fines, des analyses aigües, des définitions tirées de mon dico et des rediffusions (en période de fête ou de panne d’inspiration).

Une nouveauté sera la rubrique cinéma français (dont la qualité est inversement proportionnelle à la quantité). Je proposerai des scénarios oscarisables à décharger gratuitement.

Que la lecture commence.


samedi 26 janvier 2013

TOUJOURS, JAMAIS


Toujours et jamais sont deux adverbes situés aux deux extrémités de l’infini du temps.

Tous les deux s’excluent du présent. L’un regarde le futur. Jamais se ferme sur le passé.

Jamais de la vie est une affirmation négative qui témoigne d’une détermination  à ne pas se laisser faire. Elle en dit long, même plus que le toujours plus qui, lui, montre un optimiste jamais assez content de ce qu’il a pour ne pas en réclamer davantage.

Vous comprenez que jamais et toujours ne s’opposent pas seulement dans les éternités mais aussi chez les gens. Il y a les toujours qui disent oui comme il y a les jamais qui disent non. Les optimistes, les pessimistes, les bienheureux, les malheureux. Cette division en deux n’est pas l’effet du hasard mais une répartition des tâches nécessaire à l’équilibre des forces et à la stabilité du moment. On en revient toujours à la thermodynamique et à la relativité, les seules lois qui gouvernent le monde.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire